Joaillerie

Le diamant Koh-I-Noor, au cœur de rivalités politiques !

Le diamant Koh-I-Noor, au cœur de rivalités politiques !

Cent cinq carats et des poussières, c’est un bon début pour un diamant dont la carrière est considérée comme la plus polémique de toute l’histoire de la joaillerie.

Le diamant Koh-I-Noor, au cœur de rivalités politiques !
Crédit : DR
Exposée sous haute surveillance dans les vitrines de la Tour de Londres, cette pierre, découverte il y a plus de 600 ans dans la région de Golconde sur les rives du fleuve Krishna va, en effet, faire l’objet de terribles enjeux géo-politiques.

De l’Inde à l’Afghanistan, un trésor de guerre

Propriété d’un prince Indien, le diamant est réquisitionné par le Shâh de Perse après qu’il ait pillé Delhi en 1739. Puis, près de dix ans plus tard, il franchit à nouveau la frontière Iranienne en route pour l’Afghanistan, en guise de cadeau de remerciement au futur prince, pour avoir sauvé la veuve du Shâh de Perse.

Et ce n’est pas fini de ses aventures… Une guerre fratricide entre tous les tenants du titre au trône d’Afghanistan va obliger l’un d’entre eux à fuir et à se réfugier au Cachemire où il est emprisonné.

Le Koh-I-Noor est sa monnaie d’échange. Sa liberté contre le diamant. Nous sommes en 1814 est le diamant appartient désormais au Râja Ranjît Singh… Un juste retour à l’envoyeur.

Le diamant de la reine, sa majesté of course

C’est là que les Anglais entrent en scène et le confisquent en 1849 ! On le présente officiellement à la Reine Victoria en grandes pompes pour le 250ème anniversaire de la Compagnie anglaise des Indes Orientales.

À la cour, on le juge terne, ce qui lui vaut d’être taillé et, au passage, de perdre près de 40 grammes. Condition sine qua non pour l’installer sur la couronne de la nouvelle reine Elisabeth, épouse du roi Georges VI.

Depuis, il est fait l’objet d’incessantes réclamations. D’abord les hindous en 1959, puis le Pakistan en 1976 et enfin l’Iran. Tous, à tour de rôle feront valoir leur légitimité sur le Koh-I-Noor. Impossible pour le Premier ministre anglais de délibérer en faveur de l’un ou de l’autre…Beaucoup trop inflammable !

La solution la plus diplomatique consiste donc, pour les Anglais, à le garder.
Publié le 10 septembre 2019
x
Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : contact@jmagazine.com
x
Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : contact@jmagazine.com
X

Mentions légales

Club des Joailliers Créateurs
S.A. coopérative à capital variable
16, avenue de Versailles 75016 Paris

contact@jmagazine.com
01 45 24 77 10

Inscription au registre du commerce et des sociétés : Paris B 398 724 583
SIREN : 398 724 583


Directeur de la publication : Frédéric Dael en sa qualité de Président du Club des Joailliers Créateurs
Hébergeur : ROM

Politique d'utilisation des cookies

Afin de vous offrir la meilleure expérience possible, nous devons être en mesure de connaître et de mémoriser certains des paramètres qui nous sont communiqués par votre ordinateur. Les cookies sont des données stockées sur votre navigateur, permettant une mémorisation temporaire de votre visite. Nous nous en servons uniquement pour conserver la ville que vous avez choisie lors de votre arrivée sur le site. Les données sont stockées anonymement et seront conservées 3 mois. Les autres informations à but statistique concernant votre visite sont stockées temporairement dans des "cookies volatiles", effacés à la fin de la visite.

Protection des données personnelles

Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : contact@jmagazine.com