Beauté

Du musée au parfum : l’Officine Universelle Buly s’installe au Louvre

Du musée au parfum : l’Officine Universelle Buly s’installe au Louvre

Grande première dans l’art de vivre à la Française : l'Officine Universelle Buly s'installe au musée du Louvre jusqu’au 6 janvier 2020. Entourée de grands « nez » français, la maison de parfum Buly fige le temps en inventant huit senteurs inspirées de chefs d’œuvres universels du Louvre, de peinture et de sculpture. 
À contre-courant de la mode hipster et du rythme effréné de notre société, Buly réinvente le parfum français avec nostalgie, élégance et créativité.

Du musée au parfum : l’Officine Universelle Buly s’installe au Louvre
Crédit : Officine Universelle Buly

L'Officine Universelle Buly à l’esthétique XIXe siècle frappe un grand coup. Avec le musée du Louvre, elle a invité 8 grands "nez" français issus d’illustres maisons de parfums (parmi Robertet et Symrise) à concevoir une collection exceptionnelle. Tous ont relevé ce défi de haut-vol : imaginer et créer, pour la première fois dans l’histoire de la parfumerie française, l’odeur d’un chef-d’oeuvre universel. Donner vie à la célèbre "Baigneuse" d’Ingres par le parfum, rien que ça. Vous trouverez la boutique éphémère Buly du musée du Louvre, nichée à l’étage inférieur de la Pyramide du Louvre (allée du Grand Louvre). Cet espace est mis en scène à la manière d’un cabinet de curiosités grandeur nature. Buly et sa collection dédiée s’intègrent parfaitement au plus grand musée d'art et d'antiquités au monde.

Huit chefs-d’œuvre pour huit senteurs emblématiques
"La Baigneuse" d’Ingres, par Daniela Andrier (Givaudan) est réalisée à base d’écorces de citronnelle de Java tempérées de néroli. La fraîcheur du lavandin et de la fleur d’oranger se lient dans un bouquet d’iris, d’encens et de patchouli.

Dans "La Victoire de Samothrace", par Aliénor Massenet (Symrise), la profondeur de la myrrhe s’entoure de bergamote et d’essence de jasmin. Magnolia et rose s’y mêlent délicatement à la tubéreuse.

Dans "La Nymphe au Scorpion" de Bartolini, par Annick Ménardo (Symrise), une quintessence de jasmin et d’héliotrope est relevée par des notes musquées et amandées.

"Saint Joseph Charpentier" de Georges de la Tour, par Sidonie Lancesseur (Robertet), est un quaternaire rafraîchissant de bois, baies roses, verveine et cèdre.

Dans "La Vénus de Milo" par Jean-Christophe Hérault (IFF), le parfum intense de mandarine se lie à la délicatesse du jasmin, laissant s’échapper une brassée enivrante de notes ambrées et boisées.

Dans "La Grande Odalisque" d’Ingres, par Domitille Michalon-Bertier (IFF), des accords d’encens et de poivre rose sont rehaussés de notes musquées intenses.

"Le Verrou" de Fragonard, par Delphine Lebeau (IFF), met à l’honneur la fleur de lys triomphante sur son lit impérial musqué.

Enfin dans "Conversation dans un Parc" de Gainsborough, par Dorothée Piot (Robertet), on découvre une ronde florale de menthe poivrée, bergamote et essence de rose.

Aurélie Brunet
Publié le 24 juillet 2019
x
Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : contact@jmagazine.com
x
Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : contact@jmagazine.com
X

Mentions légales

Club des Joailliers Créateurs
S.A. coopérative à capital variable
16, avenue de Versailles 75016 Paris

contact@jmagazine.com
01 45 24 77 10

Inscription au registre du commerce et des sociétés : Paris B 398 724 583
SIREN : 398 724 583


Directeur de la publication : Frédéric Dael en sa qualité de Président du Club des Joailliers Créateurs
Hébergeur : ROM

Politique d'utilisation des cookies

Afin de vous offrir la meilleure expérience possible, nous devons être en mesure de connaître et de mémoriser certains des paramètres qui nous sont communiqués par votre ordinateur. Les cookies sont des données stockées sur votre navigateur, permettant une mémorisation temporaire de votre visite. Nous nous en servons uniquement pour conserver la ville que vous avez choisie lors de votre arrivée sur le site. Les données sont stockées anonymement et seront conservées 3 mois. Les autres informations à but statistique concernant votre visite sont stockées temporairement dans des "cookies volatiles", effacés à la fin de la visite.

Protection des données personnelles

Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : contact@jmagazine.com