Lifestyle

Quand la Nouvelle Vague expose son insouciance créative

Quand la Nouvelle Vague expose son insouciance créative

Jusqu'au 16 septembre, la Galerie Joseph à Paris présente les icônes de la Nouvelle Vague dans une exposition inédite rassemblant une centaine de tirages des photographes Raymond Cauchetier et Georges Pierre.

Quand la Nouvelle Vague expose son insouciance créative

"Il s'agissait avant tout d'une relève de génération. Avant 1959, il était très difficile de faire un film, d'entrer directement dans la profession cinématographique." Deux ans avant la définition de la Nouvelle Vague par Eric Rohmer, l'expression apparaît pour la première fois dans le compte rendu d'une enquête sociologue sur les phénomènes de génération publié par le magazine L'Express. Quelques mois après la sortie des deux premiers films de Claude Chabrol, autodidacte du septième art et parangon du mouvement, le Festival de Cannes 1959 consacre véritablement la Nouvelle Vague en présentant Hiroshima mon amour d'Alain Resnais et les Quatre cents coups de François Truffaut, prix de la meilleure mise en scène. Un phénomène est né. Avec lui, la mutation re-fondatrice d'un art dont le statut social change.

Pendant six ans, la Nouvelle Vague va transformer le cinéma français, incarné par la spontanéité de Brigitte Bardot, le sourire de Jeanne Moreau, la bienveillance et la bonhommie de Jean-Paul Belmondo, la gravité de Jean-Pierre Léaud, la beauté d'Anna Karina, la blondeur de Catherine Deneuve et la fraîcheur de Jean Seberg. Pendant six ans, la Nouvelle Vague va laisser des empreintes indélébiles sur l'imagerie populaire du cinéma français, immortalisées en coulisses par la focale de Raymond Cauchetier et Georges Pierre. Pour la première fois, une exposition rassemble les clichés - dont certains inédits et jamais tirés comme celle d'Anna Karina dans Pierrot le Fou - des deux plus grands photographes français de plateau. Le duo a suivi 95 % des films de la Nouvelle Vague, saisissant comme personne ce vent de liberté et d’audace d'une génération épousant l’insouciance.

Un moment fertile dans l’histoire du cinéma et de la photographie

Sur les murs immaculés de la galerie Joseph, dans le 3e arrondissement de Paris, 107 photos retracent la liberté, le hors-champ des studios trop étriqués pour Godard, Truffaut, Chabrol, Resnais, Rivette, Sautet et Melville. Un espace diffuse en continu quatre extraits de films, à côté de planches contacts de Jules et Jim. Après que la veuve de Georges Pierre, décédé en 2003, a accepté pour la première fois d’ouvrir les cartons de sa cave, Valérie Hugot, commissaire de l’exposition, a passé trois mois à trier des kilos d’ektachromes et de négatifs noir et blanc.

"Il est temps de rendre à César ce qui appartient à César pour révéler les liens complexes et fascinants entre deux disciplines distinctes mais intimement associées, à savoir la cinématographie et la photographie, et de reconnaître le talent des photographes comme Cauchetier, Pierre et leurs pairs, à un moment fertile dans l’histoire du cinéma et de la photographie, tout en s’inscrivant dans un contexte artistique et culturel bien plus large", commente Philippe Garner, ancien Deputy Chairman – Consultant international chez Christie’s, auteur de la préface du catalogue "Icônes".

Exposition Icônes, de la Nouvelle Vague aux années 1970, jusqu’au 16 septembre 2018
Galerie Joseph | 16, rue des Minimes 75003 Paris | Ouvert tous les jours de 10 heures à 20 heures | galeriejoseph.com

Publié le 06 août 2018
x
Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : contact@jmagazine.com
X

Mentions légales

Club des Joailliers Créateurs
S.A. coopérative à capital variable
16, avenue de Versailles 75016 Paris

contact@jmagazine.com
01 45 24 77 10

Inscription au registre du commerce et des sociétés : Paris B 398 724 583
SIREN : 398 724 583


Directeur de la publication : Frédéric Dael en sa qualité de Président du Club des Joailliers Créateurs
Hébergeur : ROM

Politique d'utilisation des cookies

Afin de vous offrir la meilleure expérience possible, nous devons être en mesure de connaître et de mémoriser certains des paramètres qui nous sont communiqués par votre ordinateur. Les cookies sont des données stockées sur votre navigateur, permettant une mémorisation temporaire de votre visite. Nous nous en servons uniquement pour conserver la ville que vous avez choisie lors de votre arrivée sur le site. Les données sont stockées anonymement et seront conservées 3 mois. Les autres informations à but statistique concernant votre visite sont stockées temporairement dans des "cookies volatiles", effacés à la fin de la visite.

Protection des données personnelles

Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : contact@jmagazine.com