Mode

Le marché de la seconde main : une opportunité pour les maisons de luxe ?

Le marché de la seconde main : une opportunité pour les maisons de luxe ?

Avec le développement des plateformes de vente en ligne, le marché de l’occasion a connu un vrai boom : tout peut se revendre sur Internet aujourd’hui. Le luxe ne fait pas exception à la règle.
Le marché de la seconde main : une opportunité pour les maisons de luxe ?
Crédit : Vestiaire Collective

Le marché de seconde main du luxe se développe chaque année de 12% - contre 3% pour celui de première main ! - grâce aux revendeurs Vinted, Vestiaire Collective ou Videdressing en France. À l’échelle mondiale, on estime à 36 milliards de dollars son volume d’affaires d’ici 2021. Une menace pour les maisons de luxe ? Il semblerait que non.

Selon une étude réalisée par le Boston Consulting Group (BCG) et Vestiaire Collective auprès de 12 000 sondés, la vague de la seconde main représenterait plutôt un relais de croissance pour les marques. Grâce notamment aux Millennials, fervents utilisateurs des plateformes digitales, les maisons haut de gamme pourraient atteindre une nouvelle clientèle, tout en fidélisant leurs clients existants. Bonus non-négligeable, en favorisant une économie circulaire, elles répondraient aux enjeux de développement durable, sujet enflammé dans l’univers du luxe.

La seconde main serait un moyen pour les marques de séduire de nouveaux clients. Près de la moitié des acheteurs en ligne sont des Millenials, parfois étudiants ou jeunes actifs, avec encore peu de moyens financiers. Pour 71% des consommateurs questionnés, les plateformes de revente leur permettent d’accéder à des produits auparavant hors de leur portée. Plus d’un acheteur sur deux affirme envisager de se tourner vers des produits neufs par la suite. Ce premier achat d’occasion serait donc un tremplin vers l’univers du luxe, jusqu’alors inaccessible. Pour les marques, ces nouveaux acheteurs représentent de nouvelles "égéries", portant leurs produits et perpétrant leur image, tout en demeurant de potentiels futurs clients directs.

Par ailleurs, les vendeurs de seconde main sont avant tout des acheteurs de première main. En effet, pour 70% des vendeurs de Vestiaire Collective, l’objectif est de vendre pour pouvoir racheter du neuf. Une véritable aubaine pour les marques, qui font ainsi d’une pierre deux coups : attirer de nouveaux consommateurs tout en fidélisant leurs clients initiaux.

Enfin, le marché de l’occasion trouve écho dans les problématiques actuelles de durabilité. En répondant aux enjeux de la mode éco-responsable, les plateformes de revente en ligne encouragent une économie circulaire et prolongent la durée de vie des produits. Plus de la moitié des consommateurs sont d’ailleurs influencés par ce critère dans leurs acquisitions. Néanmoins, à l’heure actuelle, il ne s’agit pas encore de l’argument principal d’un achat de seconde main, qui reste "la bonne affaire" pour 96% des personnes sondées.

Publié le 22 octobre 2019
x
Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : contact@jmagazine.com
x
Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : contact@jmagazine.com
X

Mentions légales

Club des Joailliers Créateurs
S.A. coopérative à capital variable
16, avenue de Versailles 75016 Paris

contact@jmagazine.com
01 45 24 77 10

Inscription au registre du commerce et des sociétés : Paris B 398 724 583
SIREN : 398 724 583


Directeur de la publication : Frédéric Dael en sa qualité de Président du Club des Joailliers Créateurs
Hébergeur : ROM

Politique d'utilisation des cookies

Afin de vous offrir la meilleure expérience possible, nous devons être en mesure de connaître et de mémoriser certains des paramètres qui nous sont communiqués par votre ordinateur. Les cookies sont des données stockées sur votre navigateur, permettant une mémorisation temporaire de votre visite. Nous nous en servons uniquement pour conserver la ville que vous avez choisie lors de votre arrivée sur le site. Les données sont stockées anonymement et seront conservées 3 mois. Les autres informations à but statistique concernant votre visite sont stockées temporairement dans des "cookies volatiles", effacés à la fin de la visite.

Protection des données personnelles

Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : contact@jmagazine.com